Espace d'expression du 
groupe de recherche sur l'autoformation

Accueil
Remonter

Pierre Landry 

Contributions et Articles en ligne

L’évaluation et les dispositifs de Formation Ouverte et A Distance, Toulouse, janvier 2009 : le texte de la communication ; la présentation

Synthèse des journées de Toulouse, janvier 2009 : le texte ; la présentation 1er jour ; finale

Récit d'un apprentissage récent en autoformation, 2006

Réflexions sur l’apprendre tout au long de la vie, 2005

Retour sur le Cycle de Kolb, 2005

Confrontations aux pouvoirs dans des expériences de formation, 2004

L’autoformation comme démarche intégrative, 2003

AUTOFORMATION, AUTODIDAXIE ET FORMATION : QUEL RAPPORT ? 2002

L’ EXPERIENCE, PROCESSUS D' ENRICHISSEMENT PERSONNEL ET COLLECTIF, 2002

Livres

Les relations entre expériences, apprentissages et autoformation
  in Bézille (Dir.), H., Courtois B"Penser la relation expérience - formation", Chronique sociale, 2006 
Alors que la majorité de ce que nous apprenons provient de nos expériences, la formation scolaire, formelle, est la référence à l’aune de laquelle les autres modalités de formation sont jaugées : il est question de formation non scolaire, de formation non formelle ou informelle. En entreprise, la formation est surtout vue sur le plan de l’efficacité professionnelle. Est-ce au nom d'une rationalité réductrice que nous en sommes venus à oublier que l’esprit sans le corps était peu de chose, que la raison sans l’émotion ne pouvait rendre compte de la vie, que la recherche d’explicitation se heurtait au caractère non exprimable de la plupart de nos actes. Plutôt que d’opposer ces polarités, l’étude de leurs interactions montre que, d’un point de vue dynamique, ces catégories ne sont que des indicateurs relatifs et non exclusifs. Ainsi, il ne suffit pas d’enseigner pour que les élèves apprennent et il ne suffit pas de faire pour apprendre. Comment l’enseignement peut-il être à la source d’apprentissage ? Comment les expériences issues des pratiques peuvent-elles être à l’origine d’apprentissage ? Quelle démarche fait le lien entre les différentes situations d’action où nous avons l’opportunité d’apprendre ? Est-ce si différent d’apprendre en tant qu’enfant ou qu’adulte, dans la vie quotidienne ou dans le monde du travail, dans une institution éducative ou dans l’action ? Y a-t-il un invariant qui se retrouverait dans la démarche suivie par les personnes qui apprennent par des allers-retours de l’expérience aux savoirs savants ? Et si l’autoformation était cet invariant qui pousse à rechercher l’empreinte de l’Autre en soi pour s’en affranchir par un processus continu de prise de distance tel l’enfant vis-à-vis de sa mère, l’adolescent vis-à-vis de sa famille et l’adulte vis-à-vis de la société, en vue de devenir Soi, au-delà de l’attente des autres par ses différentes expériences réfléchies ?