L’association

L'A-Graf regroupe des chercheurs et des praticiens ayant pour objectif de contribuer au développement et à la diffusion des recherches, pratiques et débats relatifs à l’autoformation.
CONTACT : infos@a-graf.org

Pour tout savoir sur l’association, son fonctionnement, son historique et ses membres.

une définition

"L'autoformation est un processus autonomisant de mise en forme de soi, centré sur la personne ou le groupe, étayé sur le collectif. Ce processus conjugue appropriation de savoirs, modes divers d'apprentissages, construction de sens et transformation de soi. Il se développe dans l'ensemble des pratiques sociales et tout au long de la vie."
Le Manifeste du Graf

Les quatre éléments et la COP21

L’air, l’eau, la terre, le feu sont les ressources naturelles, les matières premières élémentaires de l’environnement humain, de la matrice cosmique de l’humanité. Elles l’ont engendrée. Leur utilisation nourrit son évolution ou sa destruction. Car elles ne sont ni infinies, ni exploitables à merci.

En entrant dans l’ère climatique/cosmique, L’humanité n’a pas le choix. Elle doit transformer ses rapports élémentaires d’usage avec eux, en rapports de sages. Passer d’une exploitation réflexe, puis industrielle mercantile et mortifère, à une formation de relations réciproques, vitales et durables. Passage écologique, mais aussi politique et économique complexe, qui impose de moduler, voire révolutionner, les modes de consommation et de production. Il nese fera pas uniquement par décrets, ni en un jour.

L’apprentissage du passage d’un inconscient écologique à une écocitoyenneté planétaire est le grand défi transitionnel actuel d’une éducation du présent et du futur.

Depuis plus de 25 ans, dans l’émergence frontalière de mouvements d’éducation à, par et pour l’environnement, le Gref explore ce passage à partir de la trame des quatre éléments. La crise écologique actuelle révèle que cette trame de formation des sagesses traditionnelles, refoulée par une modernité suffisante, paraît plus transhistorique qu’anachronique. À la suite de Bachelard, rare auteur moderne à avoir saisi leur potentiel auto-cosmogonique, le Gref cherche à expliciter leur pouvoir éco- formateur/déformateur/transformateur, à partir d’expériences individuelles et collectives de prise de conscience et de mises en forme avec eux. C’est le fruit de la conceptualisation de ces recherches écoformatrices expérientielles que présentent ces 4 ouvrages.

Depuis la première conférence de Rio (1992), 4 ouvrages ont ponctué le travail discret mais tenace du GREF, aux frontières des organisations et des émergences d’une conscience environnementale.

DE L’AIR. Essai sur l’écoformation

Sous la direction de Gaston Pineau – Préfaces de Gro Harlem Brundtland (1992) et de Guy Brasseur (2015)

De l’air ! Cri d’expiration ? D’aspiration ? Crise d’inspiration ? Si la conquête technique de l’air ne s’accompagne pas d’une conquête écologique, la chute menace. Pas le choix. Faire comme Dédale : s’inscrire à l’école de l’air, à son écoute. S’en inspirer. Apprendre à respirer, à aérer, s’aérer, habiter ciel et terre, s’aérodynamiser…

LE FEU VÉCU. Expériences de feux éco-transformateurs

Sous la direction de Pascal Galvani, Gaston Pineau, Mohammed Taleb – Préface de J.J.Wunenburger

Cet ouvrage boucle une première exploration de recherche-formation avec les éléments. Dans la dialectique des quatre éléments, le feu est essentiellement une énergie transformatrice : formatrice et/ou destructrice. Ces « expériences de feux éco-transformateurs » sont d’abord explorées par un survol des rituels initiatiques. L’explicitation de relations personnelles nouées avec les pratiques du feu constituent le cœur de l’ouvrage.

HABITER LA TERRE. Ecoformation terrestre pour une conscience planétaire

Coordonné par Gaston Pineau, Dominique Bachelart, Dominique Cottereau, Anne Moneyron – Préface de Michel Lussault, Jean-Paul Deleage et Denis Chartier

Habiter la terre ! Opération individuelle et collective effectuée par l’humanité depuis des millénaires. Notre génération découvre qu’elle peut la laisser inhabitable pour les générations futures. Apprendre à habiter la terre ressort comme l’objectif unificateur d’une écoformation terrestre, à la portée de chacun et à la grandeur du monde.

LES EAUX ÉCOFORMATRICES

René Barbier, Gaston Pineau

La terre prend l’eau. Ou plutôt, c’est nous qui la perdons… dans un inconscient écologique abyssal. Une prise de conscience collective émerge. Cette crise écologique résulte de la somme de micro-comportements réflexes à changer, depuis la salle de bains aux arrosages industriels, du nettoyage aux querelles de riverains et aux conflits internationaux. La survie écologique implique une écoformation : c’est à sa construction que s’emploient les auteurs de ce livre.

L’Harmattan – Lot des 4 ouvrages : 100 €

 

Commentaires terminés.